Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘dette publique’

  •  Je pense que la personne des services d’immigration qui a dirigé ma séance d’information la semaine dernière, a obtenu son petit effet avec cette déclaration: « ici, les policiers ont un baccalauréat en sociologie ou psychologie (équivalent d’une licence en France, NDR). Vous pouvez leur parler! » Bon, moi en revanche, ce que j’aime chez les flics du coin, c’est quand ils débarquent au Dunkin’ Donut, gilet pare-balle sur le corps, arme à la ceinture, et achètent des beignets. Ça me rassure. En France, j’ai vu passer plus d’un policier au Mac Do, mais ils restaient dans la voiture et commandaient au Drive (au Québec on dit « service au volant »). Voilà ce qui arrive, Monsieur Sarkozy, lorsqu’on abandonne le concept de police de proximité.
  • Je pense n’avoir jamais vu un dentiste payer pour se faire une petite dent. Ben au Canada, ça y est, c’est arrivé. Un dentiste de la province de l’Alberta s’est délesté de 31.000 dollars pour s’offrir un nouveau joujou à gratter. Ne regrettez pas d’avoir confié les vôtres à la petite souris: la molaire venait de la gencive de John Lenon. Je ne sais pas ce qui m’étonne le plus dans cette nouvelle (qui, vous l’admettrez, secoue la planète Infos): la hauteur des enchères, ou le fait que l’ex-Beatles avait décidé à l’époque d’offrir une dent à la femme de ménage. Personnellement, j’ai un bout d’émail qui a sauté un jour. Croyez-le ou pas, il ne m’est pas venu à l’esprit de le retrouver pour en faire cadeau à un inconnu. C’est peut-être pour ça que je n’ai jamais percé dans la chanson.

  • Je pense que cela fait 30 ans que la France et le Canada ne gère pas leur dette publique de la même façon. La France « culmine » à plus de 1600 milliards d’euros de dette, soit 2200 milliards de dollars canadiens. Au Canada, c’est 560 milliards de dollars canadiens (400 milliards d’euros). 4 fois moins. Les membres du gouvernement canadien ne sont  pourtant pas en train de sabrer le champagne dans des chalets en diamant. La prudence reste de mise. Le Canada a gagné une réputation d’excellent gestionnaire de dette, après avoir fait passer la sienne de 68.4% à 38.7% du PIB entre 1994 et 2004. Forcément, quand l’Etat dépense moins (plans d’austérité à gogo) et que l’argent rentre davantage (bonne croissance), le taux de la dette s’améliore. Logique. Mais avec la dernière crise économique mondiale, ce chiffre est remonté à 85.5% du PIB en 2011. Ben oui, disparue la bonne croissance, donc moins d’argent dans les caisses publiques (via impôts et taxes), donc solde budgétaire négatif tous les ans depuis 2008. Donc dette publique en hausse. Ah, c’est lié, c’est vicieux!

Au vu des perspectives de croissance économique et de la politique de réduction des dépenses publiques, le Ministre des Finances du Canada vient de reporter d’un an sa prévision de retour à l’équilibre budgétaire (annuel donc). Il l’avait annoncée pour 2014-2015 initialement.

En France, un retour si rapide à l’équilibre budgétaire aurait de quoi faire rêver. Ce tableau interactif montre que depuis 1978 (les chiffres ne vont pas au-delà), les gouvernements successifs ont été incapables de boucler un budget positif. Et c’est pas demain la veille. Les dépenses publiques ont toujours été plus importantes qu’ailleurs. Les recettes aussi, via les impôts et taxes qui permettent la redistribution. Mais comme la croissance est morne, les salaires stagnent (tout comme la recette des impôts sur le revenu donc), la consommation stagne (tout comme les recettes de la TVA). Bref, les rentrées d’argent ne compensent pas. Du coup, la dette s’accumule. Le Canada est monté à 85% du PIB? En France, c’est pire: 97% cette année. Le gouvernement ne parvient pas à tirer la croissance vers le haut (par manque de maîtrise ou par incompétence, selon le point de vue). Et voilà le Premier Ministre Fillon présente un plan d’austérité pour réduire les dépenses de l’État et augmenter la TVA. Ce qui m’amène à la pensée suivante…

  • Je pense que le nouveau plan d’austérité présenté par François Fillon, en France, n’a pas fini de plomber l’UMP dans l’optique des présidentielles 2012. Le Premier Ministre vient à peine d’annoncer la nouvelle, à base de hausse de la TVA dans la restauration et les services, et d’accélération de la réforme des retraites. Et voilà que rejaillit sur facebook un cas d’école dans le genre « méga casserole »: François Fillon se baladait en avion militaire pour rentrer chez lui, à 27.000 euros le trajet. C’est vieux pourtant, la news date de février dernier. Mais c’est symptomatique justement. La panier à griefs n’est plus percé, les boulettes ne sont plus oubliées au fil du temps. Ça déborde, ça remue, et à la moindre secousse, y’en a une qui ressort.

  En plus, l’intérêt d’augmenter la TVA reste à discuter. Cela ne va pas créer de richesse. Simplement, une plus grande part des richesses existantes finiront dans les caisses de l’Etat. Mais s’il reste moins d’argent aux salariés parce que les prix augmentent, ils vont moins consommer. Du coup, au final, les recettes de la TVA vont baisser aussi. Le serpent se mord la queue. Autant dire que je n’aimerais pas être à sa place.



Publicités

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :